Randos Pyrénés & Alpinisme Famille Corpet

voie Joséphine, dent d'Orlu 2222m
1000m d'escalade granitique

Pierre Godechoul, de Pamiers, m'invite à aller grimper avec lui. Il me connait par mon site, et m'écrit un E-mail à l'automne 2019. Objectif: la voie Joséphine, en face Sud de la dent d'Orlu. Une superbe escalade sur un granite de rêve, bien équipée,avec une belle source au 10ème Relais. La journée fut superbe, et la cordée amicale et efficace, mais... Beaucoup de pluie depuis qq jours, et nous aurions du emporter des palmes ! Récit de Pierre en bas de cette page, sous les photos, et ici en pdf récit de Pierre: Osez Joséphine !

Click photos to enlarge - Clique photo pour voir en grand
01-topo-Josephine-face-Sud-Orlu.gif
01-topo-Josephine-face-Sud-Orlu
08h41-Denis+Pierre-Selfie.jpg
08h41-Denis+Pierre-Selfie
08h41-Pierre-au-passage-canadien.jpg
08h41-Pierre-au-passage-canadien
09h36-Approche-fin-monT-Tt-a-gauche.jpg
09h36-Approche-fin-monT-Tt-a-gauche
09h50-Fin-approche-voie-Josephine.jpg
09h50-Fin-approche-voie-Josephine
09h50-Vue-de-l.attaque-Soleil-enfin.jpg
09h50-Vue-de-l.attaque-Soleil-enfin
09h51-Josephine-debut-escalade.jpg
09h51-Josephine-debut-escalade
09h52-Denis-heureux-d.etre-LA.jpg
09h52-Denis-heureux-d.etre-LA
09h54-Pierre-mange-avant-l.attaque.jpg
09h54-Pierre-mange-avant-l.attaque
09h58-Denis-est-parti...vite.jpg
09h58-Denis-est-parti...vite
09h59-Josephine-premier-spit.jpg
09h59-Josephine-premier-spit
10h02-Grimpe-L1-Josephine-dent.Orlu.jpg
10h02-Grimpe-L1-Josephine-dent.Orlu
10h20-L2-grande+humide-Josephine.jpg
10h20-L2-grande+humide-Josephine
10h20-L2-L3-Paumatoire-Josephine.jpg
10h20-L2-L3-Paumatoire-Josephine
10h35-L3-Josephine-voie-pas-evidente.jpg
10h35-L3-Josephine-voie-pas-evidente
10h35-L4-Denis-se-perd-chaque-fois.jpg
10h35-L4-Denis-se-perd-chaque-fois
10h56-Pierre-arrive-a-R4.jpg
10h56-Pierre-arrive-a-R4
10h59-L5-plus-evidente.jpg
10h59-L5-plus-evidente
11h04-L6-Denis-sous-traversee-5a+.jpg
11h04-L6-Denis-sous-traversee-5a+
11h22-Pierre-travrersee-L6-5a+.jpg
11h22-Pierre-travrersee-L6-5a+
11h36-Colchiques-sur-Orlu.jpg
11h36-Colchiques-sur-Orlu
12h14-Pierre-arrive-a-R10.jpg
12h14-Pierre-arrive-a-R10
12h16-Pierre-R10-Josephine.jpg
12h16-Pierre-R10-Josephine
12h31-depart-de-R10-encore-humide.jpg
12h31-depart-de-R10-encore-humide
12h56-Pierre-lead-L13-Josephine.jpg
12h56-Pierre-lead-L13-Josephine
13h15-L15-Eviter-dalles-mouillees.jpg
13h15-L15-Eviter-dalles-mouillees
13h47-L17-Denis-ds-immense-face.jpg
13h47-L17-Denis-ds-immense-face
13h48-que-d.eau-que-d.eau-Orlu.jpg
13h48-que-d.eau-que-d.eau-Orlu
13h54-sous-la-main-d.Orlu.jpg
13h54-sous-la-main-d.Orlu
14h12-Fin-D-dalles-mouillees-Jardin.jpg
14h12-Fin-D-dalles-mouillees-Jardin
14h12-traversee-du-jardin.jpg
14h12-traversee-du-jardin
14h31-Depart-de-R18-sous-Taillante.jpg
14h31-Depart-de-R18-sous-Taillante
14h31-Enfin-grimper-au-Sec-L19.jpg
14h31-Enfin-grimper-au-Sec-L19
14h52-R20-a-Pierre-le-lead-.jpg
14h52-R20-a-Pierre-le-lead-
14h53-le-PIN-sous-la-Main.jpg
14h53-le-PIN-sous-la-Main
15h04-Respect-pour-vraie-face-Sud.jpg
15h04-Respect-pour-vraie-face-Sud
15h05-Quel-pied-ce-rocher-sec.jpg
15h05-Quel-pied-ce-rocher-sec
15h06-L22-Pierre-arrive-Taillante-Orlu.jpg
15h06-L22-Pierre-arrive-Taillante-Orlu
15h23-Grotte-vuesur-la-Main.jpg
15h23-Grotte-vuesur-la-Main
15h24-La-MAIN-d.Orlu.jpg
15h24-La-MAIN-d.Orlu
15h57-Denis-arrive-a-l.arete.jpg
15h57-Denis-arrive-a-l.arete
16h02-Descente-En-Beys-vud.Arete-E.jpg
16h02-Descente-En-Beys-vud.Arete-E
16h28-Arete-Est-facile.jpg
16h28-Arete-Est-facile
16h37-Denis-avalle-corde-Top-Orlu.jpg
16h37-Denis-avalle-corde-Top-Orlu
16h42-Main-d.Orlu-vudu.O.jpg
16h42-Main-d.Orlu-vudu.O
16h42-Sommet-Dent-d.Orlu.jpg
16h42-Sommet-Dent-d.Orlu
16h45-Denis+Pierre-selfie-Orlu.s-Top.jpg
16h45-Denis+Pierre-selfie-Orlu.s-Top
17h00-Main-vudu-sommet-Orlu.jpg
17h00-Main-vudu-sommet-Orlu
17h30-descente-vers-col-de.l.Egue.jpg
17h30-descente-vers-col-de.l.Egue
18h25-Last-lights-Dent-d.Orlu.jpg
18h25-Last-lights-Dent-d.Orlu
18h30-descente-course-avec-la-nuit.jpg
18h30-descente-course-avec-la-nuit
19h42-Retour-voiture-de-nuit.jpg
19h42-Retour-voiture-de-nuit

Osez Joséphine

Brève connaissance après quelques échanges de mails. Une passion commune pour la montagne nous anime. Nous décidons de nous rencontrer en faisant une escalade : à la Dent d’Orlu par la voie « Joséphine ».
C’est une belle journée d’automne qui s’annonce, avec cependant un petit bémol : il a plu un peu dans la nuit. Cela se traduira par de larges trainées humides, voire coulantes sur la paroi. Mais nous n’en sommes pas là pour le moment.
Arrivé de Toulouse, Denis me rejoint chez moi à Pamiers d’où nous faisons voiture commune jusqu’à l’arrivée au bout de la vallée d’Orlu. On se gare après un passage canadien du côté du pont de Bisp.
Il va sans dire que nous sommes bavards. Mais comme la montée dans le bois est droite, et la raideur de la pente allant en s’accentuant, nous devenons silencieux. En effet, le sentier qui s’enfonce dans le bois sombre au sol humide devient de plus en plus raide : je me tiens parfois aux racines et aux touffes d’herbes en baissant la tête à cause des branchages. Puis, le bois s’éclaircie, le bleu du ciel apparait. Bref, nous filons vers le royaume de l’isard. Denis passe devant car il connait l’approche pour avoir déjà réalisé la voie « Joséphine » en… solo ! C’est le guide, je suis serein.
Le sentier parfois s’effiloche ; nous louvoyons un peu pour finir par trouver les cordes fixes qui sécurisent les passages à flanc de pente menant au départ de la voie.
Il fait bon. Pas un souffle de vent. On s’équipe et on boit un coup. Denis me propose de grimper en tête, mais pour le moment, comme dit le fameux scribe : « je préfèrerais ne pas » : courageux mais pas téméraire ! Il y a de nombreuses trainées humides, délicates à négocier qui sont cependant plus impressionnantes que difficiles bien qu’il faille rester très concentré. Les points sont espacés mais la difficulté est loin d’être extrême. Nous progressons même corde tendue afin de ne pas trop perdre de temps : 26 longueurs ce n’est pas rien. Les journées raccourcissent en ce moment. Denis est en joie quand il grimpe ; il se met à chantonner des airs classiques en mettant à l’honneur le local Gabriel Fauré.

Colchiques sur les parois, fleurissent, fleurissent,
Colchiques sur les parois fleurissent au bout des doigts.


Quand les chaussons se mouillent sur la paroi ou alors qu’ils se sont posés sur un passage de terre humide, Denis les essuie avec un chiffon – technique bleauzarde m’explique-t-il. Pour ma part je me frotte le chausson sur mon beau velours vert. Ah oui, nous portons le même knickers vert foncé, celui que portaient les montagnards de Jadis (avec chaussettes rouge et Galibier !)
A L10 nous arrivons à une ravissante source située en plein sur une vire au niveau du relais. L’eau claire et fraiche glougloute… La pause s’impose ! En levant la tête nous voyons de nouveau la paroi dégoulinante de nombreuses et sombres trainées qui contrastent avec la paroi lumineuse. Oui, le soleil est partout maintenant.
La perspective s’élargit, le relief prend du volume et de la profondeur. En face de nous, l’imposante face où se logent les voies « Illiade » et « Odyssée ». En nous retournant, une vue plongeante sur la vallée tapissée d’arbres et de verdure. Et partout un beau silence… Une paix magistrale parsemée de nos prises de parole. C’est moins une voie d’escalade proprement dite qu’un surprenant cheminement, une sorte de petit voyage qui permet de faire connaissance avec une partie de la Dent d’Orlu.
Denis repart en tête. Plus haut, je prends les commandes pour 2 ou 3 longueurs. Mes appréhensions fondent à mesure que ma concentration augmente. Même la traversée de passages humides n’altère pas ma sérénité. Derrière, mon second de cordée galope !…
Puis Denis reprend la tête. Arrive une traversée herbeuse facile avant les longueurs menant à la Taillante. Denis me propose d’escalader en tête la dernière longueur me disant qu’il y a un pas très joli sur un petit ressaut. Instant de joie : j’ai tout le loisir de contempler l’ambiance altière du lieu à califourchon sur la Taillante…
Denis effectue la longueur suivante jusqu’à la grotte. Nous nous restaurons un peu en contemplant la Main qui pointe vers le ciel.
Enfin, Denis me propose de partir en tête jusqu’à l’arête. Brève hésitation, puis je me lance… Dalles avec de bonnes prises… Un piton surgit… De l’herbe par touffes épaisses… Un piton surgit… puis un relais. De l’herbe par touffes épaisses… Un passage rocheux… Et enfin l’arête.
Denis repasse en tête jusqu’au sommet. Nous progressons corde tendue avec espacement d’une quinzaine de mètres en profitant de temps à autre de quelques spits. Le terrain est humide et à l’ombre, contrastant avec l’autre versant sec et lumineux.

Dent d’Orlu – 2222m


On se dé-encorde… On boit, on grignote… on refait les sacs… Quelques photos… et puis nous entamons la descente. Un peu glissante au début ; puis, arrivé au col de Brasseil, nous descendons légèrement vers la face Est que l’on quitte pour suivre la crête du retour. Fastidieuse la crête. Denis craint de se faire surprendre par la nuit. Je reste confiant. Mais lui sait ce qu’il nous reste encore à parcourir tandis que je crois le retour bien plus court. Nous finissons par entrer dans le bois et trouver le bon sentier. On s’hydrate à une source puis on allume les frontales pour terminer la journée (ou commencer la nuit !).
Il va sans dire que cette escalade va en appeler d’autres. Reste à trouver une paroi et une belle journée pour faire resplendir ces instants de partage.

A + haut, à plus beau dans les Pyrénées.


Balades A-R Toulouse, et Alpinisme du site Corpet / Created with IrfanView